Crédit immobilier : des conditions toujours plus attractives en 2018

0

Le crédit immobilier est la solution la plus courante et la plus efficace pour permettre aux foyers de devenir propriétaires de leur habitation. Depuis quelques années, les taux d’intérêt proposés par les banques sont à la baisse de manière à séduire et fidéliser les jeunes emprunteurs. En 2017, les craintes de remontées des taux d’intérêt ont été évoquées en raison de la reprise de l’inflation. Pourtant, force est de constater que les conditions de prêt en cette année 2018 se révèlent encore plus attractives. Découvrez les détails à travers ce billet.

Demande de crédit immobilier: des taux d’intérêt historiquement bas

Bon nombre de ménages choisissent de faire une demande de crédit immobilier pour financer l’acquisition ou la construction de leur habitation. Ce type de prêt séduit les emprunteurs pour ses conditions particulièrement attractives, à savoir des taux d’intérêt très bas et une durée de remboursement plus longue. Selon les données de l’observatoire crédit logement ou CSA, les taux moyens d’emprunt immobilier ont atteint un plancher de 1,28 % en novembre 2016.

Les meilleurs clients, à savoir ceux qui disposaient de revenus confortables, d’une épargne et d’un solide apport pouvaient décrocher des prêts hors assurance à 1,56 % sur 25 ans, 1,41 % sur 20 ans et 1,15 % sur 15 ans. Selon les données de la Banque de France, les montants des crédits immobiliers validés en 2016 ont atteint près de 251 milliards d’euros, un niveau record soutenu par une part importante de renégociation de prêts.

En 2017, cette tendance a connu une faible hausse en raison de l’inflation. En octobre 2018, les taux d’intérêt ont à nouveau bénéficié de baisses importantes, se rapprochant de ceux enregistrés en 2016. Ainsi, le courtier Cafpi annonce avoir négocié des taux à 1,19 % sur 20 ans en octobre 2018. Par rapport à 2017, une étude de l’observatoire indique un recul général de 0,23 % sur les crédits à 15 ans, de 0,22 % sur ceux à 20 ans et de 0,27 % sur ceux à 25 ans.

Les raisons principales de la baisse des taux d’intérêt

La concurrence entre les banques

La baisse des taux d’intérêt du crédit immobilier est liée à la concurrence toujours très vive entre les banques. En effet, ces dernières cherchent à attirer et à fidéliser leurs clients sur une longue période par le biais des prêts immobiliers.

L’apparition des banques en ligne sur le marché rend cette concurrence encore plus rude. Étant donné que ces dernières proposent des offres très agressives, notamment sur la durée des prêts, les taux d’intérêt et les conditions d’obtention.

La protection contre le taux de l’Euribor

L’autre raison qui pousse les banques à diminuer les taux d’intérêts du prêt immobilier est que cela leur permet de réduire les dépôts à verser dans les caisses de la Banque européenne. Effectivement, il faut savoir que les banques étaient, jusqu’en 2014, rémunérées par le biais d’un taux d’intérêt basé sur l’Euribor, déterminé par la BCE (Banque Centrale européenne). L’Euribor est un taux auquel les établissements bancaires se prêtent de l’argent entre elles à court terme et auquel sont versés les dépôts dans les caisses de la BCE.

Lorsqu’une banque n’a pas un grand nombre de prêts en cours, elle est amenée à prêter de l’argent à une autre banque ou à laisser ses réserves à la Banque Centrale européenne. Or, cela lui coûte de l’argent au lieu de lui en rapporter. Ainsi, elle a tout intérêt à prêter davantage aux particuliers et aux entreprises, même à des taux très bas, plutôt que de devoir alimenter un système qui est relativement coûteux.

Les conséquences de la diminution des taux d’intérêts du prêt immobilier

L’augmentation du pouvoir d’achat

L’un des principaux effets de la baisse des taux d’intérêt du crédit immobilier est que les foyers ont la possibilité de mettre davantage de budgets pour financer l’achat de la maison ou de l’appartement de leurs rêves. Les banques concentrent principalement leurs efforts sur les ménages les plus modestes ainsi que sur les emprunteurs jeunes. Pour cela, elles continuent d’allonger la durée de leurs crédits et proposent des taux toujours plus faibles pour encourager emprunteurs dans l’acquisition de leur logement.

La hausse du prix de l’immobilier

Comme on pouvait l’attendre, l’augmentation du pouvoir d’achat des ménages a poussé le prix de l’immobilier à la hausse. Cette hausse concerne principalement les grandes métropoles. Ainsi, d’après une étude réalisée par Cafpi, en juin 2018, le prix du mètre carré à Bordeaux a augmenté de 24 % sur un an. À Paris et à Rennes, la progression est de +4 % et +5 %, respectivement. À Lyon, la hausse est marquée à 12 %. Cependant, dans de nombreuses villes de l’Hexagone, la hausse des prix de l’immobilier se révèle encore abordable. Ainsi, la diminution des taux d’intérêt reste très avantageuse pour les foyers souhaitant devenir propriétaires de leur résidence.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.